lundi 27 juin 2016

Mes débuts chaotiques de l'allaitement

On a beau lire plein d'articles avant sur le sujet : se retrouver avec un nouveau-né au sein, ce n'est pas une évidence.
Alors que tout me paraissait parfaitement clair en fin de grossesse : j'étais rodée sur les positions d'allaitement et les éléments dont on pouvait avoir besoin (coussin, lanoline), je me sentais prête pour la grande aventure de l'allaitement et pourtant...

Nolan est né : d'un coup, la théorie devait être mise en pratique et là un grand vent de panique a soufflé sur moi. Ça semblait tellement facile quand je regardais tout un tas de vidéos avec mon loulou encore bien au chaud dans mon ventre.
Mon petit bonhomme, pourtant né à terme, a eu du mal à téter : je n'arrivais pas à le positionner et à lui faire boire mon colostrum. Mais personne à la maternité n'a pris les premiers jours le temps de m'expliquer comment faire. Pour tout vous dire, la première nuit, alors que j'appelais pour avoir de l'aide au moment de la mise au sein, une aide soignante est venue et m'a incité à lui donner un biberon si c'était trop difficile... Même pas un jour que mon bonhomme était né et déjà, on voulait m'inciter à passer en allaitement mixte !
Le lendemain, une sage-femme est venue pour m'aider à positionner correctement Nolan, mais c'était difficile alors elle m'a conseillé d'aller acheter un bout de sein afin que cela soit plus facile pour lui. Effectivement, ça a été efficace mais elle ne m'avait pas prévenue des inconvénients et des risques des bouts de sein , j'y reviendrai après.
Juste avant la sortie de la maternité, une sage-femme est venue me voir, elle a été très à l'écoute, m'a montré plusieurs positions et semblait sûre que ce serait un allaitement qui allait marcher alors que franchement, j'étais totalement désemparée. Elle m'a dit d'avoir confiance en nous et de ne pas écouter les conseils de tout le monde. C'est un conseil qui m'a donné la force d'avancer et de nous faire confiance.

Revenons maintenant au bout de sein (il s'agit d'une sorte de tétine en caoutchouc que l'on pose sur le mamelon) : on ne m'avait pas prévenu que j'allais le détester, que cette téterelle allait devenir indispensable, qu'il ne faudrait surtout pas l'oublier en sortie sous peine d'avoir un bébé qui hurle parce qu'il a faim, que j'allais me mettre du lait partout à chaque fin de tétée. Bref ce petit objet en caoutchouc est vite devenu un cauchemar dont il allait falloir se débarrasser sous peine de mettre en péril mon allaitement. J'ai appris bien plus tard qu'une confusion téterelle/sein était possible ce qui aurait pu empêcher une prise au sein correcte et donc encore une fois mettre fin à l'allaitement.

On s'est accroché, et du jour au lendemain, j'ai décidé progressivement de l'enlever : on commençait sans la téterelle puis je la remettais pour qu'il finisse la tétée. En une semaine environ avec tout un tas de tétées très difficiles bien entendu, mon petit bonhomme a réussi de mieux en mieux à téter sans bout de sein jusqu'à réussir à l'enlever totalement. Tout cela aurait d'ailleurs pu être éviter grâce à un meilleur accompagnement à la maternité...

Vous l'avez compris, les débuts ont été vraiment chaotiques et jamais je n'aurai cru y parvenir aussi longtemps. Cet article pour dire que l'on n'est jamais vraiment prête pour les débuts d'un allaitement, il y en a des plus faciles que d'autres mais si l'on croit en soi, on peut parvenir à le réussir.

Alors les futures mamans prêtes à se lancer dans cette magnifique aventure qu'est l'allaitement mais aussi les mamans avec un nouveau-né, faites vous confiance et tout ira pour le mieux.

« L'allaitement est magique, c'est un moment privilégié avec votre enfant, alors profitez simplement»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire