jeudi 20 avril 2017

Le développement du langage chez le jeune enfant

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un sujet qui me tient à cœur : le développement du langage chez le jeune enfant. Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que Nolan est en pleine explosion lexicale et qu'il commence à construire, depuis quelques jours, de vraies phrases. Cet article n'est pas là pour pointer ce que vous ne faites pas au quotidien et vous culpabiliser mais pour vous donner quelques idées sur le développement langagier de l'enfant afin de pouvoir vous adapter au mieux à ses demandes.

Maria Montessori estime que la période sensible du langage commence vers 2 ans et se poursuit jusqu'aux environs des 6 ans de l'enfant. Il faut savoir que tout ce que les enfants apprennent durant cette période sensible se fait sans aucun effort de leur part, c'est une simple réponse à leur besoin d'être « nourri » d'un point de vue langagier.

Chaque enfant suit son propre développement, il y a des enfants qui parlent très tôt et d'autres plus tard : le tout est de les accompagner au quotidien en leur donnant les clés pour développer leur langage. En tant que parents, on voit souvent comme repère : 18 mois = 18 mots produits par l'enfant. Il n'est pas question de mots forcément bien dits mais de mots que l'enfant dit à chaque fois de la même façon pour parler d'un référent (ex: "nija" pour "chocolat") . Certains enfants diront davantage de mots voire même des phrases à cet âge-là et d'autres en diront moins, ce n'est qu'un repère.
Ici, à 18 mois, Nolan ne produisait pas 18 mots, il en avait un peu moins. Il utilisait les « signes » pour se faire comprendre sur certains mots qu'il ne parvenait pas à dire.

Il faut garder à l'esprit que l'enfant comprend bien plus de mots qu'il n'en produit. Très tôt, il est capable de comprendre des phrases simples et de répondre de façon adaptée par une action. Ce n'est pas parce que l'enfant ne parle pas encore qu'il n'engrange rien : bien au contraire, tout ce que vous lui dites au quotidien influe sur son développement langagier ultérieur. Il est donc important de veiller à lui parler normalement et non pas en « parler bébé ». La lecture de livres à son enfant permet également de participer activement à l'enrichissement de son vocabulaire et au développement de la construction syntaxique de ses phrases.

Il faut, dans la mesure du possible, parler avec des phrases simples de structure affirmative: Dites "assieds-toi" plutôt que "ne reste pas debout" puisqu'il faut savoir que l'enfant n'a pas la faculté dans ses premières années de vie de comprendre la négation. C'est un vrai travail de l'esprit que d'y parvenir mais cela dénoue de nombreuses situations pouvant être conflictuelles.

Attention un petit rappel de l'orthophoniste que je suis, si le langage de votre enfant ne se développe pas du tout aux environs des 2 ans et demi (c'est un âge approximatif bien entendu), s'il ne semble pas comprendre les phrases simples ou s'il y a une régression du langage, n'hésitez pas à consulter un ORL pour voir si votre enfant entend bien puis un orthophoniste pour faire le point sur son développement (il saura vous donner des conseils avisés et simples à mettre en place dans votre quotidien). Il n'est jamais trop tôt pour commencer une prise en charge orthophonique d'autant qu'il y a très souvent des mois d'attente avant d'obtenir un rendez-vous.

Au quotidien, mettez-vous à hauteur de votre enfant lorsqu'il parle afin qu'il sache que vous l'écoutez et que vous êtes attentifs à ce qu'il dit. Il est important, dans la mesure du possible, de parler de vous à la première personne : dites « je reviens mon amour » plutôt que « maman revient ». Vous verrez, cela risque de vous demander un effort au départ car spontanément, nous avons tendance à dire «maman » mais cela permettra à votre enfant de comprendre que l'on parle de « soi » à la première personne et non à la troisième personne.

S'il ne sait pas encore correctement dire un mot, donnez-lui simplement la bonne forme sans rien attendre de lui, il est inutile de lui demander de répéter le mot. Imaginez-vous un seul instant à la place de votre enfant, vous apprenez une nouvelle langue et nous vous demandons de répéter un mot que vous n'arrivez pas à dire plusieurs fois, il y a de fortes chances que cela vous énerve : votre enfant aura bien entendu la même sensation. De plus, ce n'est pas parce que vous le ferez répéter que votre enfant dira le mot correctement la prochaine fois.

Il est conseillé de ne pas reprendre les déformations que l'enfant produit car cela risque « d'ancrer » la façon dont il le dit puisqu'il ne faut pas oublier que vous êtes un modèle pour votre enfant et que tout ce que vous dites a un impact non négligeable sur son développement. Inutile pour autant de vous mettre une pression inimaginable chaque fois que vous parlez à votre enfant, il faut juste le garder à l'esprit pour agir en fonction.
Par exemple, si vous croisez un chat dans la rue et que votre enfant dit « miaou », dites-lui « oui chéri tu as vu un chat ». Un autre exemple, depuis que nous sommes en vacances à la montagne, Nolan dit « la titagne » : à chaque fois, nous lui disons « la montagne » ainsi il sait que nous avons compris de quoi il parle et nous lui donnons à chaque fois la forme correcte du mot sans pointer le fait qu'il n'arrive pas à le dire pour le moment.

Donner le bon mot est indispensable pour le développement langagier chez l'enfant.
Nous veillons toujours à donner la bonne forme du mot à Nolan sans rien attendre de sa part et au fil des semaines, à force de les entendre correctement dits, les mots se transforment d'eux-mêmes jusqu'à être dits parfaitement. Certains mots mettent plus de temps que d'autres à être correctement articulés (un petit clin d’œil à Pauline de la ludothèque qui passe par plusieurs noms différents, ça a été « papiya » puis « piyon » et là c'est « pinan », ça va venir).

Il est important de savoir que chaque enfant passe par une phase de catégorisation c'est-à-dire que toutes les femmes deviennent des « mamans », tous les hommes des « papas » : c'est important pour leur développement langagier et leur compréhension du monde. Nolan a traversé cette phase il y a quelques semaines et en sort progressivement. Voici quelques exemples concrets, tous les chiens étaient devenus des « boubouilles » (surnom de notre chien), maintenant Nolan appelle bien notre chien par son nom (ou surnom) et lorsqu'il croise un chien dit le mot « chien ». Il appelait tous les « papas » croisés à la ludothèque « papa », c'est un concept difficile à comprendre pour lui et parfois gênant pour nous car il connaît sans aucun doute son papa et saurait le reconnaître parmi mille mais pour autant, chaque enfant appelle son « papa » ainsi ce qui en rend la compréhension difficile puisqu'un seul mot correspond à plusieurs personnes...

Il faut également avoir à l'esprit l'importance d'utiliser le « bon » mot pour chaque objet et ne pas se fixer de barrières langagières parce que notre enfant nous semble trop petit : les enfants n'ont aucune limite à leur apprentissage. Tout ce que nous leur disons a une importance : si votre enfant est intéressé par les fleurs alors donnez-lui le nom précis de chaque fleur afin de « nourrir » son envie langagière. Vous serez surpris de voir à quelle vitesse il retiendra ce que vous lui direz. 

« Faites confiance à votre enfant car comme toujours, c'est lui qui détient les clés de son apprentissage. Guidez-le simplement en fonction de ses envies et de ses besoins »


6 commentaires:

  1. Coucou.

    Quel plaisir de lire ton article, je l'ai dévoré !

    Alors pour partager un peu mon expérience. Léana au départ disait "tatou" pour les chiens et "chacha" pour les chats. Progressivement ça a évolué, nous lui avons toujours répondu "oui c'est un chien ou un toutou comme tu veux" ou "oui c'est un chat ou un minou". Et petit à petit, elle a commencé à dire "chien" ou "chat" ou encore à nommer nos animaux par leurs noms ♥

    Depuis peu, toutes les femmes ne sont plus des mamans, tous les papas ne sont plus des papas et ça me fait chaud au coeur ! Elle dit "mada" pour madame et "sieu" pour monsieur quand la personne n'a pas d'enfants avec elle ♥

    Pour le passage "dire je" plutôt que "dire maman", honnêtement je fais les deux. Il y a des moments où je lui dit "maman revient" et des moments où je lui dit "je dois finir ça avant qu'on joue attend" donc c'est un peu des deux et je pense qu'elle fait bien le rapport malgré tout.

    Pour le nombre de mots, il y a deux mois on s'est amusés avec le papa à compter les mots qu'elle savait dire, et ça crevait les plafonds (je ne dirais pas le nombre pour ne pas "complexer" des parents car chaque enfant évolue à son rythme :))

    Et depuis une semaine, elle fait des associations de mots :) c'est "papa dodo" ou "papa parti" par exemple, et elle adore raconter sa journée à papa quand il rentre du travail :)

    Voilà voilà, on se retrouve sur Facebook lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pr ce joli commentaire, il me va droit au cœur. Effectivement, ta petite puce n'est pas en retard et comme je disais sur l'article, c'est top, il faut la suivre ;)
      J'ai du mal ici aussi à dire tout le temps "je", il m'arrive de dire "maman" mais quand je vois le nombre de mes petits patients qui disent leur prénom pour parler d'eux, j'essaie d'éviter à la maison!
      Le début des phrases c'est un bonheur ;)

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Merci pour cet article qui dédramatise les choses, cela fait du bien.
    Notre bonhomme de 27 mois, utilise peu voire pas du tout le langage. Il imite les sons de l'ambulance, du canard mais c'est tout. Pourtant il lui est arrivé de dire "kouki mamie" au telephone et "coucou" a son papa mais rien d'autre. Il sait reconnaitre les chiffres jusqu'a 5, sait montrer ou est sa tete, nez, bouche, ventre, main,kiki,fesse, jambes, pieds et pouce. Idem lors des lectures, lorsq'un lui demande oú se trouve tel ou tel objet, il le montre.Il s'interesse de plus en plus aux lettres. Mais inquiets,nous avons pris rendez-vous avec le pediatre pour faire le point.Car selon les conseils d'une amie orthophoniste, parfois il ne suffit pas de grand chose pour l'accompagner dans le langage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pr ce joli commentaire :) Je vous ai répondu sur ma page fb également mais effectivement, rien de tel qu'un rendez-vous avec le pédiatre et si besoin une orthophoniste pour faire le point.

      Supprimer
  3. Merci pour cet article si bien formulé!
    Quel bonheur de voir nos enfants progresser et s'émerveiller du monde qui les entoure!
    Moi, je suis en admiration devant les capacités de ma fille Alice, 26 mois tout bientôt, qui formule des phrases, emmagasine de nombreux nouveaux mots, correctement articulés ; tout en continuant à signer!
    ça me permet de rappeler autour de moi, que les signes ne ralentissement pas le développement du langage mais qu'au contraire, il favorise la communication dès le plus jeune âge!
    A bientôt pour la suite des aventures de nos loulous! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pr ce joli commentaire, cela me touche beaucoup :)

      Supprimer